Session du 19 juin 2020 – Intervention B. HAVARD sur la culture, le sport et les librairies

Monsieur Le Président, Chers Collègues, Quelques mots pour dire combien je salue cette action de soutien au monde du sport et de la culture. Pour parler particulièrement du second que je connais un peu, il est certain que cette crise que nous traversons aura des conséquences lourdes pour bon nombre de structures culturelles dans notre département et Virginie Le Dressay les a énumérées à l’instant. Ce soutien qui est constitué d’un redéploiement de crédits non utilisés sur les contrats de territoire et l’offre d’enseignement artistique ou des travaux est une très bonne mesure. De même, le soutien rapide par le vote de subventions dès la CP d’avril est à saluer. Certaines structures sont exclues du dispositif, les musiques actuelles par exemple dont l’économie sera lourdement impactée en raison du très grand nombre de concerts annulés. Ces entreprises vivent essentiellement des recettes de ces concerts. Pour d’autres, le dispositif est salutaire et je salue le travail des services qui a dû mettre en œuvre le dispositif en un temps record. Cependant, il apparait que les dossiers de demande d’aide auprès de la DRAC, de la Région, du Département ou de la ville de Caen sont parfois redondants et lourds. Il aurait été souhaitable de concevoir un portail commun pour faciliter le travail des associations demandeuses. Il reste la question des libraires qui sont nombreux sur notre territoire et c’est une richesse. Un courrier vous a été adressé par le Président de l’association des libraires indépendants de Normandie. J’en reprends les arguments. Les librairies souffrent particulièrement de cette situation. Pour l’heure, les mesures d’urgence telles que les négociations de report d’échéances auprès des fournisseurs, les reports de charges sociales, fiscales et d’échéances bancaires, l’obtention de prêts à taux zéro garantis par l’État et la mise en place du chômage partiel ont fort heureusement permis à notre secteur de ne pas s’effondrer. Mais le plus dur est très certainement à venir : les librairies devront bientôt faire face à un mur d’endettement qu’une activité réduite et un avenir incertain n’aideront certainement pas à franchir. C’est pourquoi il est aujourd’hui crucial que vous accordiez une attention particulière à concentrer les achats de livres de vos services vers l’économie locale et donc les librairies de votre département. Notre filière a besoin d’une activité soutenue pour retrouver ses équilibres et la contribution que vous lui apporterez en privilégiant la commande locale sera des plus précieuses. Depuis la loi de finances de 2010, il leur est en effet possible d’exonérer les librairies labellisées « LIR » de la contribution économique territoriale. Depuis novembre 2018, le périmètre de cette exonération est élargi. Il est aujourd’hui primordial que l’ensemble des collectivités territoriales du territoire normand, et notamment les départements qui perçoivent 23,5% de la CVAE, adopte cette mesure en exonérant de CET toute librairie du territoire répondant aux critères établis par le législateur. Vous voudrez bien Monsieur le Président me dire si vous accéderez à cette demande. Je vous remercie.

Archives
Abonnez-vous!

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!