Session du 18 novembre 2019 – Intervention de Bertrand HAVARD sur le Bilan annuel Schéma politique culturelle

Monsieur le Président,

Cher(e)s collègues,

 Le bilan annuel que vous nous présentez est plus complet que celui de l’année dernière.

Comme l’an passé, et c’est bien naturel, vous y mettez en avant les réussites.

Si l’esprit de ce projet n’est pas remis en cause et si nous reconnaissons que certains secteurs sont dynamiques et bénéficient de l’expertise et du soutien des compétents services de notre collectivité, je ne peux que redire que cette politique, si elle est vertueuse dans les secteurs déjà bien avancés dans la mise en place d’une politique culturelle, elle est moins efficace dès lors que la compétence culturelle n’est pas partagée ou que la volonté politique des territoires n’est pas portée sur la culture.

J’avais demandé la répartition des projets que nous soutenons dans le cadre des contrats de territoire pour connaitre la répartition entre les projets culturels, sportifs et autres. Je ne l’ai toujours pas eue. Je la redemande donc. Nul doute qu’elle fera apparaitre un déséquilibre important en défaveur des projets culturels.

Vous citez les 12 territoires qui ont contractualisés ou en phase de préfiguration. Il reste les autres à convaincre dans les deux années à venir. Leur programmation est détaillée dans le rapport. Il semble cependant que tout le territoire départemental sera pas couvert. Sauf erreur Vire Normandie, Condé en Normandie et Souleuvre en bocage ne sont cités nulle part.

Il serait également intéressant de nous en dire plus sur les territoires comme Val-es-dunes ou le secteur du Molay-Littry. Ces deux entités bénéficiaient des saisons de l’ODACC et sont pour l’instant orphelines de l’action départementale.

Je constate que les spectacles en tournée comme vous les appelez sont en quelque sorte la continuité des saisons proposées par le département que vous continuez à programmer alors que vous deviez les arrêter. Finalement, je devrais en être satisfait puisque je demandais le maintien de cette programmation. Vous indiquez que ces saisons culturelles devront être un axe du projet culturel du territoire et s’inscrire dans les contrats de développement culturels que nous déployons. Cela méritera d’être suivi de près tant au niveau de la qualité d’accueil des spectacles et du public que de la qualité professionnelle de ce qui sera programmé.

Vous aménagez les modalités de calcul des crédits complémentaires qui viennent assouplir l’accompagnement. C’est une bonne chose. J’avais proposé une prise en compte du potentiel financier des collectivités. Vous auriez pu utiliser ce levier supplémentaire pour aider plus les territoires qui ont moins de moyens.

Comme je le disais l’année dernière, une CDC ou une ville devrait pouvoir bénéficier plus longtemps que d’autres de la programmation préparée par vos services qui sont en pleine compétence pour cela.

Je réitère donc mon vœu de voir maintenue les saisons du département dans les territoires qui ne sont pas en capacité de proposer une saison par eux-mêmes. Il en va de l’égalité d’accès pour tous au spectacle vivant.

Pour la programmation de cette année, il serait bien que nous disposions d’un programme des spectacles proposés dans les 10 communes pour nous permettre de nous y rendre.

Enfin je me permets de pointer la même lacune que l’année dernière au sujet de l’instance de concertation que vous aviez installée en 2017, qui réunissait des acteurs culturels du territoire, dans toutes les disciplines pour nous aider, à l’instar de ce que permettait l’ODACC, à réfléchir aux orientations ou à la mise en œuvre concertée de la politique culturelle départementale. Cette commission mixte ne s’est réunie qu’une fois en 2017. Des groupes de travail étaient constitués qui ne se sont jamais réunis !

Donc, il n’y a plus d’instance de concertation pour la mise en œuvre de ce schéma et c’est bien regrettable.

Pour le reste, vos propos sur la richesse culturelle de notre territoire, le travail avec les établissements médicaux-sociaux, le soutien aux structures artistiques et culturelles, l’action du département est de qualité même si je regrette toujours que nous passions au pas de charge les demandes de subventions en commission.

Parc de matériel

Concernant la lecture publique, il faut saluer la progression de l’accès aux ressources numériques via la boite numérique et la convention de mutualisation signée avec Caen-la-mer. Il serait intéressant de disposer comme je l’ai déjà demandé de la carte faisant apparaitre l’évolution du nombre d’inscrits dans les médiathèques ou bibliothèques de notre département. Cet outil de suivi est important pour évaluer cette politique.

Au passage, j’ai lu dans la presse que l’inauguration de la nouvelle médiathèque de Morteaux-Couliboeufs avait eu lieu et qu’il était confirmé qu’aucun personnel supplémentaire ne serait recruté pour faire vivre cet équipement. Je reste circonspect sur le fait que nous abondions financièrement sur l’investissement d’une médiathèque sans avoir d’exigences sur la professionnalisation du lieu.

Pour ce qui est de l’axe 2, le rapport met en avant la qualité du travail des services et l’étendue des chantiers sur notre territoire riche en patrimoine. Nous y souscrivons pleinement.

Pour ce qui concerne les axes 3,4 et 5 comme l’année passée, nous approuvons le principe des conventions triennales d’objectifs offertes aux établissements d’enseignement artistique ainsi que l’aide à l’investissement qui rencontre un vif succès et permet entre autre la création d’orchestres à l’école.

De même, nous ne pouvons que vous encourager à amplifier les actions de médiations et à développer les dispositifs d’éducation artistique et culturelle à destination du plus grand nombre d’élèves possible.

En conclusion, Monsieur le Président, Cher(e)s collègues, ce bilan présenté est pour partie satisfaisant. Il reste cependant à s’assurer de l’équité de traitement de tous les territoires et en premier lieu, j’ai une attention toute particulière pour les territoires ruraux dans lesquels il apparait que l’offre culturelle est encore loin de ce que l’on doit avoir pour ambition de permettre à tous les Calvadosiens. Notre vigilance sera portée particulièrement sur ces territoires jusqu’à la fin de ce premier schéma.

Nous donnons donc acte de ce bilan,

Nous acceptons bien qu’elle eut pu être améliorée la pondération que vous proposez et nous votons bien sûr l’autorisation de programme de 50 000 € exceptionnelle pour la grande halle de la SMN.

Je vous remercie.

 

Archives
Abonnez-vous!

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!