Session budgétaire fév. 2018 – Intervention de B. HAVARD sur les fermetures de collèges

Monsieur le Président, mes Chers Collègues,

Je suis déjà intervenu sur ce sujet depuis votre brutale décision annoncée le 12 septembre dernier. Mais comme notre débat du jour est la dernière chance d’infléchir votre choix, je veux tenter une dernière fois de convaincre les élus de la majorité et les amener à prendre la bonne décision.

Pour rappel d’ailleurs les conseils d’administrations, le CDEN et même Caen la mer, toutes ces instances se sont prononcées massivement contre les fermetures qui sont à l’ordre du jour.

La demande de maintien de l’ouverture du collège Ernest HEMINGWAY de PORT-en-BESSIN a été votée en motion par 25 communes du bassin de vie du secteur et par l’intercommunalité de BAYEUX.

Cela doit faire réfléchir.

L’intitulé du rapport est pourtant prometteur « Permettre l’épanouissement et la réussite des collégiens ». Cependant, pour certains secteurs du département, l’épanouissement et la réussite ne seront pas garantis de la même manière.

En introduction de ce rapport, vous nous indiquez les chiffres de la baisse démographique dans notre département de façon globale. Et, en effet, nul ne peut contester cette évolution et nul ne conteste non plus la nécessaire adaptation de la répartition de nos établissements scolaires dans le département. Encore faut-il faire cette étude de façon fine et anticiper, concerter, préparer toute décision de modification de sectorisation si cela est jugé nécessaire. Ce que vous ne faites pas !

Vous précisez qu’en trois ans le département a perdu en effectif l’équivalent d’un collège à chaque rentrée. Vous auriez dû préciser perte dans les établissements publics. En étudiant les chiffres fournis par le Rectorat (Division de la prospective, de la performance et des moyens) et ceux fournis par vos services, j’ai effectivement trouvé trois rentrées qui font apparaitre de fortes baisses :Rentrée de l’année 2013/2014 : -334 élèves dans les collèges publics,Rentrée 2014/2015 : – 442Rentrée 2016/2017 : -410Quand on y regarde de plus près, l’analyse contredit votre affirmation du non bénéfice pour le privé et montre les conséquences de vos décisions des fermetures précédentes.La rentrée 2013 est celle de l’année de la fermeture du collège Jacquard à Caen et si l’on observe les chiffres de près on constate cette année-là sur Caen une baisse de 87 élèves dans les collèges publics pendant que les collèges privés augmentaient leurs effectifs de 61 élèves.La rentrée suivante est celle de la fermeture de Lemière : à Caen constat amplifié puisque la baisse dans le public est de 114 élèves et la hausse dans le privé de 143 !Enfin, à la rentrée 2016, alors que les élèves du collège Proust de Cabourg devaient renforcer ceux du collège de Dives sur mer : baisse dans les collèges publics du secteur (Deauville, Dives, Blainville, Merville-Franceville) -97 élèves, parallèlement hausse de 74 élèves au collège Saint-Louis de Cabourg par rapport aux effectifs du collège Saint-Joseph de Deauville.La démonstration est faite : chaque fermeture d’un collège public conforte les effectifs des collèges privés, c’est incontestable ! Vous appuyant sur votre dernière étude, vous en arrivez à la conclusion qu’il faut fermer le collège Henri SELLIER à Colombelles et le collège Ernest HEMINGWAY à Port-en-Bessin.Je ne m’étendrai pas sur la méthode brutale et désastreuse que vous avez choisie. L’étude est présentée rapidement en commission le 12 septembre, juste avant le communiqué de presse du Président. Aucune consultation préalable, pas d’étude sur les conséquences humaines et pratiques.Le résultat est connu : les territoires sont inquiets, les élus ont le sentiment de ne pas avoir été respectés, la communauté éducative est en émoi et les parents révoltés… La méthode est vraiment catastrophique !Commençons par la fermeture du collège Ernest Hemingway à Port-en-Bessin.Arguant du fait que ce collège est le plus petit de Calvados –ce qui est vrai- et après avoir sous-entendu que ce collège manquait de dynamisme, vous décidez de le fermer et de répartir les élèves sur trois collèges situés à Trévières et Bayeux.S’il est vrai qu’un collège à petit effectif peut souffrir d’un manque d’options et de nombreux postes partagés, le choix que vous faites, indépendamment de la méthode qui à elle seule justifie notre opposition, est critiquable. Alors que ce collège est relativement récent et en très bon état, les projets qui y sont menés sont nombreux et de qualité et montrent plutôt son dynamisme.En fermant ce collège c’est ce territoire que vous condamnez à un risque de désertification. On le sait bien, l’installation de nouvelles familles sur un territoire est conditionnée à la présence des équipements dont il est doté. Un territoire sans collège est un territoire moins attractif. Vous ne me contredirez pas puisque le chapitre de ce rapport s’intitule « Attractivité ». Et vous qui prétendez être le meilleur soutien des territoires ruraux, vous nous proposez de pénaliser le secteur de Port-en-Bessin qui montre pourtant une volonté et un dynamisme démographique réels. Concernant la fermeture du collège Henri SELLIER situé à Colombelles, votre décision condamne également un territoire qui, au contraire mériterait d’être plus accompagné. Colombelles mène depuis plusieurs années une politique en faveur de l’éducation et de la réussite scolaire tout à fait exemplaire et les résultats sont patents : moins d’évitement des établissements publics qui s’accompagne d’une montée des effectifs à tous les échelons.Le dynamisme démographique de cette ville est le plus fort de l’agglomération caennaise : les derniers chiffres de l’INSEE le montrent. Cette ville représente 44% de l’augmentation de la population de Caen-la-mer ces deux dernières années. Et si on élargit l’étude aux villes de Mondeville, Giberville, Hérouville-Saint-Clair et Blainville-sur-Orne, le bassin est de la CU a concentré 93% de l’augmentation de la population ! Vous proposez une modification de la sectorisation liée à cette fermeture qui abandonne le scenario qui envisageait d’envoyer les élèves de Mondeville scolarisés à l’école Paul Langevin de Mondeville vers le collège Villey-Desmeserets à Caen. Cette solution était totalement inacceptable pour les élus et habitants de Mondeville. Elle signifiait que ce secteur de la ville, pourtant proche du collège futur et qui concerne 1/3 de la population ne bénéficierait pas de ce nouveau collège alors même que la ville a consenti pour sa réalisation des efforts considérables.J’ai parlé de la dynamique démographique de la ville de Colombelles, celle de Mondeville est également forte. Cette ville vient de repasser au-dessus des 10 000 habitants et de nombreux projets de constructions sont encore à venir qui créeront plus de 500 logements dans les 5 années à venir.Alors de toutes évidences, le collège initialement calibré pour un effectif de 500 élèves ne pourra à terme pas accueillir tous les élèves de Mondeville et tous les élèves de Colombelles.Je vous ai transmis tous les chiffres des prévisions que nous avons faites : à la rentrée 2022, sur des bases de prévisions raisonnables, sans prendre en compte les projets de constructions nouvelles, il y aura plus de 610 élèves qui effectueront leur rentrée dans le futur collège et les rentrées suivantes seront encore plus chargées.Il faudra donc envisager de revoir la sectorisation à moyen terme.Vous contestez ces chiffres chaque fois que je les présente mais jamais vous ne donnez les vôtres. Ce manque de transparence est inadmissible à moins qu’il ne signifie qu’en effet ceux que j’avance sont bons et que les conclusions qu’ils impliquent sont prévisibles.Vous indiquez dans le rapport que le souhait des familles concernées et des deux villes est l’accueil de tous les élèves sur un même site. Pouvez-vous aujourd’hui affirmer clairement que tous les élèves de Colombelles et de Mondeville ont la garantie d’être accueillis dans le futur collège dans les années à venir ?

De nombreuses rencontres ont eu lieu entre les services du département et ceux de la ville de Mondeville. Des réunions avec vous M. le Président, Mme le Maire de Mondeville et moi-même également qui vous ont permis de mieux appréhender la réalité de l’engagement financier de la ville de Mondeville pour permettre la réalisation du chantier : cet effort est de l’ordre de 2.5 M€. Au moins aujourd’hui ne contestez-vous plus ces chiffres que j’ai déjà avancés à plusieurs reprises. (Une révision de la convention adoptée en décembre 2016 montre votre prise en compte de cette réalité. C’est un point positif mais il aura fallu pour cela qu’Hélène Burgat montre sa détermination sans faille en décidant d’arrêter tous travaux pour que cette négociation puisse aboutir. )

De nombreuses questions restent en suspens qui montrent le manque d’anticipation dont vous faites preuve dans cette décision :

  • La question de la taille de l’établissement. Initialement prévu pour 500 élèves, des modifications ont été apportées pour le porter à un effectif de 550 qui, forcément, en modifie la qualité d’accueil et de fonctionnement,
  • La question des transports scolaires. Alors que le plan des abords à réaliser par la ville de Mondeville, après de nombreuses réunions pour en arrêter les contours avait été défini, il faut prévoir un emplacement pour stationner les bus supplémentaires de ramassage des élèves de Colombelles et donc revoir l’organisation des abords dans un délai imparti très court pour le réaliser.
  • De plus, il n’a pas été anticipé que ce ramassage scolaire organisé par la CU de Caen-la-mer nécessitait l’achat d’un bus classique et d’un bus articulé, soit une dépense de 770 k€ en investissement et environ 50 k€ chaque année en fonctionnement à la charge de la CU. Alors que vous dites à qui veut l’entendre que la fermeture d’un collège vous fait économiser 120k€ de fonctionnement par an, voilà une façon particulière de faire des économies. Il serait intéressant que vous nous indiquiez ce qu’il en est pour le transport des élèves de Port-en-Bessin.
  • Toujours sur le sujet des transports scolaires, et cela vaut pour les deux établissements, avez-vous prévu d’accompagner les familles qui, alors que jusqu’ici leurs enfants se rendaient à pieds au collège devront désormais s’acquitter du paiement d’une carte de transport de 86€ par élève ? J’ai posé la question en commission mais nul n’a su me répondre.
  • Quid également de l’accompagnement spécifique lié au classement REP du secteur du collège Henri SELLIER. S’il y a un engagement du DASEN pour maintenir les écoles primaires en REP, quels moyens seront dédiés au collège Guy LIARD pour permettre la réussite de tous les élèves qui y seront scolarisés ?

Toutes ces questions, ces incertitudes, ces inquiétudes auraient pu être évitées si, en travaillant plus en amont sur la sectorisation avec l’appui d’une commission compétente et ouverte qui vous est réclamée depuis longtemps, vous aviez préféré la concertation et le dialogue avant d’arrêter une décision irrévocable.

Vous comprendrez donc que nous voterons contre ces deux fermetures de collèges. Mais voyons plus loin.

Il faut selon votre règle arithmétique froide qui consiste à diviser le nombre de places vacantes (5300) par l’effectif moyen (433) dans les collèges publics fermer 12 collèges dans le département. Alors, après avoir fermé récemment un collège portant le nom d’un scientifique humaniste, puis d’un enseignant résistant,  puis d’un écrivain qui aimait beaucoup Cabourg, vous voulez fermer deux collèges l’un porte le nom de l’auteur du vieil homme et la mer et l’autre fut ministre du Front Populaire. Qui sera le prochain sur la liste ?

Si le critère retenu est celui du plus petit collège comme vous l’avez choisi pour le collège E . Hemingway, lequel fermerez-vous prochainement ? J’ai classés ceux qui restent en ordre d’effectifs croissants.

PORT EN BESSIN Ernest Hemingway 156  
ISIGNY SUR MER Du Val d’Aure     171  
TREVIERES Octave Mirabeau     203  
ST SEVER (NOUES DE SIENNE) Jean Vilar   220  
COLOMBELLES Henri Sellier   237  
LISIEUX Pierre Simon de Laplace 255  
VASSY (VALDALLIERE) Anne Frank   255  
LIVAROT (LIVAROT PAYS D’AUGE) Fernand Léger     264  
VIRE (VIRE NORMANDIE) Val de Vire   264  
DOZULE Louis Pergaud     269  
HEROUVILLE Pierre Varignon     287  
CAEN Marcel Pagnol     291  

Vous nous direz peut-être aujourd’hui Pour qui sonnera le glas ?

Archives
Abonnez-vous!

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!