Session budgétaire fév. 2017 – Intervention de Bertrand HAVARD sur les collèges

Monsieur le Président, Cher(e)s Collègues,

Rapport B21. Adapter nos établissements à l’évolution des enseignements

Ce rapport a retenu bien sûr toute notre attention comme tous les ans. Nous saluons l’effort financier consenti pour construire, restructurer et entretenir les collèges publics. Les budgets qui figurent dans le rapport le démontrent.

Bien sûr, vous ne serez pas surpris de m’entendre dire ma grande satisfaction de voir inscrits les 12.5 M€ pour la construction du collège Guy LIARD à Mondeville. Il aura fallu 10 ans entre mes premières interventions et l’ouverture de cet établissement et un effort important de la ville de Mondeville qui, in fine, par convention, participera à hauteur de 20% au financement de cette opération. Cet engagement d’une ville pour un collège est à ma connaissance un cas unique en France et montre à quel point ses élus ont à cœur d’offrir à leurs jeunes un établissement moderne. Un travail avec les services de l’inspection académique et vos services, a permis la création, dès la rentrée prochaine, d’une classe à horaires aménagés Arts Plastiques dans ce collège. Ce choix est guidé par le fait que cette option n’existe dans aucun établissement dans le département et aussi parce que le futur collège bénéficiera d’une très belle salle dédiée. La proximité géographique avec l’ESAM est aussi un atout.

Ainsi, en intégrant ce quartier en devenir de Valleuil, en bénéficiant d’une architecture moderne qui répond aux nécessités de l’enseignement d’aujourd’hui, en proposant une option unique sur le département et pourquoi pas en changeant de nom, notre collège de Mondeville offrira une image de modernité et une attractivité extraordinaire. D’autres pistes pour faire de ce collège un établissement résolument inscrit dans la modernité et l’avenir sont encore en réflexion.

Dans ce rapport, figurent également les travaux prévus au collège Pagnol à Caen. Ces travaux importants devraient se terminer pour la rentrée 2019. Je rappelle ici combien nous sommes convaincus de la nécessité de réaliser la rénovation et la restructuration de cet établissement.

J’avais toutefois déjà critiqué votre mauvaise appréciation des conséquences de votre choix de fermer le collège Lemière à la rentrée 2014 alors que les travaux du collège qui était censé accueillir les élèves réaffectés ne se termineront que 5 ans après. On le voit bien dans l’évolution des chiffres qui nous sont communiqués chaque année, malheureusement, le collège Pagnol continue à perdre des élèves (28 de moins à la rentrée 2016 qu’à la rentrée 2014 !) Souhaitons que vous réussissiez à inverser la courbe…

Que vous le vouliez ou non et même si vous n’en portez pas l’entière responsabilité, le constat est vérifiable dans le tableau des effectifs inscrit dans le rapport du CD de septembre relatif aux dotations: chaque fois que vous fermez un collège public, c’est l’enseignement privé qui voit ses effectifs augmenter :

En me référant à vos chiffres publiés :

  • 2013 : fermeture du collège Jacquard : évolution des effectifs dans le public : -114, dans le privé : +133
  • 2014 : fermeture du collège Lemière : évolution des effectifs dans le public : -281, dans le privé : +82
  • 2016 : fermeture du collège Marcel Proust : évolution des effectifs dans le public : -362, dans le privé : +76

Au global, dans ces dernières années, quand les collèges publics perdaient 1877 élèves, ceux du privé en gagnaient 286.

Ces données sont incontestables et devraient nous obliger tous à mener une réflexion approfondie et objective. Et puisque la répétition est la seule pédagogie qui vaille, permettez-moi de revenir sur la demande que j’ai exprimée l’année dernière concernant la sectorisation, compétence de notre collectivité.

Le contexte actuel nous impose de revoir celle-ci en ayant comme souci majeur de réussir la mixité sociale dans tous nos collèges. Pour ce faire, nous vous avons déjà demandé de créer une commission de travail constituée d’élus des différentes sensibilités, de représentants de parents, et représentants des enseignants et personnels de direction et d’associations partenaires pour trouver des réponses valides à une sectorisation départementale repensée afin de réduire les disparités et de renforcer la mixité sociale dans les établissements scolaires dont nous avons la charge.

Ne comprenant pas les raisons qui vous empêchent de prendre en compte cette demande, nous faisons de celle-ci une condition pour approuver ce rapport dans son intégralité.

Rapport B22.Contribuer à la réussite scolaire

Pour ce rapport, nous souhaitons un vote par articles car, si nous approuvons les moyens que vous prévoyez pour les collèges publics et privés pour les accompagner dans leurs missions d’éducation pour ce qui est du fonctionnement, nous restons opposés à l’option qui est la vôtre de voter une autorisation de programme de 500 k€ et 100 k€ de crédits de paiement pour l’investissement permis par la loi Falloux pour les établissements privés en investissement.

Concernant les propositions relatives à la restauration scolaire, nous approuvons les orientations inscrites dans le schéma. La compétence et l’expertise de Jean-François Lecoq ne sont plus à démontrer. Ses interventions permettront certainement d’améliorer l’organisation et la qualité de ce service essentiel qui permet aux collégiens de bénéficier d’une restauration de qualité.

Votre choix d’agir de façon similaire pour le personnel d’entretien en créant un poste de référent est également une bonne chose. C’est ce que j’ai appris lors de la dernière réunion de commission.

Nous ne pouvons également que vous soutenir dans la démarche qui consiste à lutter contre le gaspillage alimentaire.

Il semble toutefois que la conception initiale de certaines cuisines de certains collèges et, dans certains cas, les effectifs des équipes de restauration soient insuffisamment dimensionnés pour satisfaire à toutes ces exigences. Il me parait essentiel que dans les nouveaux projets qui comporteront des rénovation-restructuration ou création de services de restauration scolaire, une vigilance particulière soit portée sur la conception de celles-ci. En effet, un mauvais agencement des cuisines ou un effectif insuffisant dans le service pourrait ruiner les efforts faits pour apporter aux jeunes des repas de qualité tout en agissant pour limiter le gaspillage alimentaire.

Rapport B23. Favoriser le sport scolaire

RAS, nous voterons le rapport.

Rapport B24. Favoriser l’ouverture à l’Europe et au monde

Dans son introduction, Mélanie LEPOULTIER a utilisé 5 ou 6 fois le verbe rassurer en parlant de différents intervenants qu’elle a rencontrés. Voilà la preuve qu’il y a bien des raisons de s’inquiéter des évolutions que vous proposez.

Pourtant, quand on lit votre présentation de l’objectif opérationnel, on ne peut qu’adhérer à ses objectifs. Pour autant le volontarisme qui est le vôtre se trouve confronté à des indicateurs sur la performance du département pour cette politique qui montrent une baisse généralisée de l’activité. Bien sûr, certaines explications nous sont données, malgré tout plusieurs éléments m’interrogent.

Tout d’abord, qu’entendez-vous par une adaptation des moyens des services pour mener à bien les actions éducatives européennes et les actions de jumelage et de réseaux ?

Le service a déjà connu ces derniers temps des réductions de moyens humains importants qui ne sont certainement pas sans conséquences sur son action. Le départ en retraite de Doris Rouxel non remplacé a forcément des incidences sur l’activité de ce service. Je ne ferai pas de parallèle entre le départ en retraite du directeur de l’ODACC et celui de Doris mais il semble qu’à chaque fois vous soyez tenté de réduire le champ d’action du service concerné.

C’est visiblement le cas pour le programme de stages avec l’Allemagne dont la fin est annoncée.

Mélanie LEPOULTIER nous dit qu’un dispositif de la Région devrait le remplacer. Encore un conditionnel qui n’est pas rassurant.

Pour ces raisons et en l’attente de précisions, nous nous abstiendrons sur ce rapport.

Rapport B25. Favoriser l’usage des nouvelles technologies

Nous voterons ce rapport, comme nous l’avons fait en septembre en approuvant le nouveau plan numérique.

L’effort fait pour passer d’un PC pour 8 élèves à 1 PC pour 5 est important et permettra certainement d’offrir de meilleures conditions de travail à la fois aux enseignants et aux élèves.

La plate-forme d’aide aux devoirs en ligne « e-tude » qui nous a été présentée semble tout à fait intéressante. Un bilan complet de cette offre à la fin de l’année sera indispensable. Je ne sais si vous l’avez envisagé et si oui sous quelle forme. Vous voudrez bien nous donner des éléments de réponse sur ce point.

Vous nous dites que les retours sont bons. Pour en avoir discuté avec des enseignants dans un collège, les impressions n’étaient pas toutes positives ; certains exprimant des critiques sur la conception des outils et leur contenu. Ne pouvant bien sûr me baser sur quelques témoignages, je pense qu’il serait effectivement bon de mesurer plus finement les usages et les impacts de cet outil.

Nous sommes également d’accord avec l’expérimentation prudente de tablettes que vous comptez mener dans trois collèges. Là encore un bilan précis sera intéressant pour envisager d’étendre le dispositif. Ce plan s’appuie en partie sur l’appel à projets du plan numérique pour l’éducation lancé par le gouvernement et je pensais que cela nous valait une participation dont je ne vois pas la trace en recettes dans le rapport.

Nous approuverons ce rapport.

 

 

Archives
Abonnez-vous!

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!