Session 27 septembre 2019 – Discours de G. DETERVILLE

Monsieur le Président,

Cette rentrée 2019 est caractérisée, je le crois, par la poursuite d’une tension collective perceptible parce que le mouvement des Gilets Jaunes aussi discutable qu’il puisse apparaître dans certains de ces excès a posé à notre pays de vraies questions qui sont aussi au cœur de l’action d’un Conseil départemental : ce sont celles de la justice sociale donc des inégalités persistantes et celles de l’équité territoriale donc des fractures spatiales.

L’Etat a bien sûr des responsabilités et l’actuel gouvernement par sa politique ultra libérale a accru les difficultés de notre pays mais nous pouvons aussi contribuer par notre action à réduire ces maux.

Le nouvel acte annoncé de décentralisation permettra-t-il d’aller dans ce sens en donnant davantage de liberté d’action et d’autonomie aux C.D ?

On peut en douter et la perte du seul levier fiscal que nous avions encore après la perte de la Taxe d’Habitation sous le gouvernement SARKOZY, à savoir la disparition de la Taxe sur le foncier bâti, est un très mauvais signe.

Au-delà de l’aspect budgétaire et des éventuelles compensations que les départements obtiendront, je suis persuadé que cette coupure définitive du lien de citoyenneté entre le territoire et l’usager des services publics est une grave erreur.

Etre pleinement citoyen, c’est aussi, et c’est même d’abord être un contribuable en fonction bien sûr de ses possibilités.

Que retenir dans l’actualité de notre département depuis notre dernière session de juin ?

Assurément et vous l’avez dit, un exceptionnel été sur le plan touristique mais aussi un été caniculaire à propos duquel, l’urgence climatique apparaît de plus en plus évidente. La mobilisation de notre jeunesse est, de ce point de vue, un point positif.

Nous allons devoir nous aussi à notre niveau nous interroger sur nos actions pour déterminer si elles ne doivent pas être réorientées dans le cadre de cette crise climatique annoncée.

De ce point de vue en nous référant au rapport sénatorial : ADAPTER LA FRANCE AUX DEREGLEMENTS CLIMATIQUES A L’HORIZON 2050 : URGENCE DECLAREE, nous pourrions sûrement à l’instar des premiers territoires qui l’on fait voter une motion, nous emparer de ce sujet à partir d’un travail de commission pour avancer sur cette question vitale lors de notre prochaine session.

Dans le même ordre d’idée, notre collègue Antoine Casini a raison de continuer à nous alerter sur la question des pesticides. Une carte publiée récemment dans Le Monde montre que notre département n’est pas bien classé dans ce domaine.

Pour terminer mon bref propos, nous souhaitons que vous fassiez vous-même ou le Président du SDIS, une communication à la suite des mouvements de personnel de cet été qui dénoncent des problèmes récurrents dans la gestion des ressources humaines de ce service essentiel à nos concitoyens.

Je vous remercie.

 

Archives
Abonnez-vous!

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!