Session 25 avril 2016 – Intervention de Bertrand HAVARD sur les collèges

Monsieur le Président, Chers Collègues,

Nous voilà réunis autour d’un seul et unique rapport que vous soumettez à notre vote.

Nous avons eu l’occasion au cours de la dernière réunion de la commission animation jeunesse de dire combien une fois encore votre méthode pour adapter nos équipements scolaires aux évolutions des effectifs nous parait en total décalage avec les ambitions que mériterait un tel sujet.

Encore une fois, vous nous proposez de nous prononcer pour la fermeture d’un collège. Il s’agit du collège Marcel Proust à Cabourg.

Après Albert Jacquard en 2013, René Lemière en 2014, c’est la troisième fois que nous avons à nous prononcer sur la fermeture d’un collège. Et si j’en crois les propos que vous avez tenus lors de notre session budgétaire, nous aurons encore à nous poser cette question au cours de la mandature.

Chaque fois nous dénonçons votre méthode qui consiste à régler cette question au coup par coup sans prendre le recul nécessaire pour anticiper et mieux adapter notre sectorisation en ayant l’objectif de favoriser une meilleure mixité sociale.

Je ne vais pas réitérer les propos que j’ai tenu en février pour appuyer la demande récurrente de création d’une commission de travail constituée d’élus des différentes sensibilités, de représentants de parents, et représentants des enseignants et personnels de direction et d’associations partenaires pour trouver des réponses valides à une sectorisation départementale repensée afin de réduire les disparités et de renforcer la mixité sociale dans les établissements scolaires dont nous avons la charge.

La réponse qui fut apportée lors du dernier CDEN à ce sujet cache mal votre volonté de ne pas faire évoluer votre façon d’agir. En effet, Clara DEWAELE a répondu à cette sollicitation en indiquant que, puisque le département n’avait pas choisi de faire partie de l’expérimentation proposée par le gouvernement pour renforcer la mixité sociale dans les collèges, nous ne pouvions mettre en place la commission réclamée.

Franchement, M. le Président, mes chers collègues, vous nous avez habitués à de meilleures réponses. Vous faites pourtant vous-même très souvent l’éloge de votre capacité à innover, à expérimenter, à sortir des schémas classiques pour montrer votre volontarisme dans certains domaines et là ! Vous seriez dans l’incapacité de mettre en place une commission au sein du CDEN. Soyez plus directs et dites franchement que vous ne souhaitez pas réfléchir à la sectorisation de façon globale et partagée.

Vous êtes pourtant vous-même, M. le Président en tant que Sénateur,  membre du Conseil National d’Evaluation du Système Scolaire qui a montré dans son rapport publié en juin de l’année dernière que de grandes disparités existaient dans les collèges de notre département. Mais il est vrai que vous n’honorez pas cette instance de votre présence.

Depuis que je siège dans la commission qui traite de la question des collèges, jamais, bien que nous l’ayons demandé à plusieurs reprises, jamais nous n’avons travaillé sur la révision de la sectorisation en amont de toute décision de fermeture.

Chaque fois, vous nous proposez dans un rapport une décision, certainement bien préparée par vos services dont il n’est pas question ici de remettre en cause la compétence. Mais nous, les élus, nous ne travaillons jamais ensemble avant toute décision de modification de sectorisation.

Cette fois, c’est par la presse que la nouvelle a été portée à notre connaissance en novembre dernier.

Et une fois de plus, tel que le planning a été choisi, c’est l’établissement privé qui vient d’ouvrir à Cabourg qui en retirera le plus de bénéfices.

Pour rappel, la fermeture du collège Lemière a eu pour conséquence une croissance immédiate du nombre d’élèves dans les collèges privés de Caen de plus 150 élèves !

Le fait de fermer à cette prochaine rentrée aura certainement un effet comparable et nous regarderons avec beaucoup d’intérêt l’évolution des effectifs du secteur privé/public dans les années à venir.

Que vous le vouliez ou non, la concomitance de la fermeture d’un établissement public l’année qui suit l’installation d’un collège d’enseignement confessionnel est un très mauvais coup porté à l’enseignement public et un événement providentiel pour le privé.

D’ailleurs, comme à Cabourg il existe déjà l’école primaire Saint-Louis La Providence, le diocèse marquera peut-être sa reconnaissance en rebaptisant le collège qui vient de s’installer dans cette ville le collège Saint-Joseph La Providence.

Pour toutes les raisons que je viens d’exprimer, notre groupe votera contre cette décision.

Pour ce qui est de l’autre partie du rapport qui concerne le rattachement des élèves de Le Mesnil Patry au collège Jean Moulin à Caen, nous approuvons cette décision logique et mineure et souhaitons donc un vote séparé sur ce rapport.

Archives
Abonnez-vous!

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!