Session 25 avril 2016 – Discours de Gilles DETERVILLE

Monsieur le Président,

Notre séance publique d’aujourd’hui est courte avec un seul point à l’ordre du jour mais un point important.

La préparation de l’avenir des jeunes calvadosiens dans le cadre de leurs études au collège est d’autant plus importante qu’une récente étude de France Stratégie démontrait que le Calvados se classe parmi le dernier tiers des départements où l’ascenseur social fonctionne le plus mal (il est même le dernier des 5 départements de Normandie).

J’interviendrai donc très brièvement sur un seul sujet dont personne n’aurait compris que je ne l’évoque pas : je veux évidemment parler, soyons charitable, dans les mots employés, du « cafouillage » dans la rédaction d’une délibération du dernier CA du S.D.I.S. qui a fort légitimement inquiétée.

L’incompréhension et donc l’inquiétude provoquées par cette délibération maladroite a nécessité une mise au point de votre part, Monsieur le Président du S.D.I.S.

L’important dans cette affaire, je ne veux pas polémiquer, car c’est un sujet trop grave est que ce service public auquel, je le crois, nous sommes toutes et tous attachés, ne soit pas amoindri et que surtout les personnes les plus fragiles en raison de leur âge ou de leur ressources, soient aussi bien protégées demain.

S’agissant des personnes âgées qui sont celles qui font appel régulièrement au S.D.I.S., nous sommes d’ailleurs là à l’interface de deux compétences fortes et obligatoires de notre Département : la sécurité publique et l’aide aux personnes âgées.

Dans le communiqué de presse que j’ai rédigé quelques jours après ce CA du S.D.IS., j’ai insisté (mais ce point n’a pas été repris) sur l’indispensable modernisation de notre système de télé-alarme.

 Avec les progrès de la Silver Economy, nous savons que nous avons des perspectives positives dans ce domaine.

Mais la technologie n’aura pas réponse à tout, la présence humaine sera dans bien des cas irremplaçable.

C’est pourquoi, j’ai parlé de l’indispensable déploiement de l’opération MONA LISA qui peut être puissamment soutenue par les moyens supplémentaires dégagés dans le cadre du service civique.

Vous constaterez que mon ton est mesuré, parce nous traitons d’un sujet très sensible sur le plan humain.

Je pense que nous sommes tout à fait dans notre rôle de proposer des solutions novatrices et qui pourraient au moins en partie se substituer ou compléter les solutions actuelles.

 

 

 

Archives
Abonnez-vous!

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!