Le Conseil général ne doit pas abandonner le service public des transports en commun

Depuis l’arrivée de Jean-Léonce Dupont à la présidence du Conseil général, la Droite Départementale a fait du Syndicat mixte des transports en commun de l’agglomération caennaise un terrain de bataille politique.
Le Conseil général s’est ainsi opposé, par principe, à tous les projets au sein de Viacités : le remplacement du tramway sur pneus dont le Conseil général a partagé le choix en son temps, la création d’une deuxième ligne de transports en commun en site propre sur un axe est-ouest, etc.
Il s’est même abstenu sur la construction d’une cinquantaine de quais de plain-pied pour personnes à mobilité réduite dans l’agglomération caennaise alors que l’aide aux personnes en situation de handicap est l’une de ses principales missions de solidarité !
Jamais par le passé, sous les précédentes mandatures, du temps où la Droite dirigeait le Syndicat mixte, le Conseil général n’avait demandé au Préfet la dissolution de Viacités.
Cette nouvelle attitude de défiance et d’opposition tranche avec le climat apaisé et constructif qui régnait depuis 2008 à Viacités, comme le reconnaissaient eux-mêmes les conseillers généraux de Droite.
Les usagers du service public des transports en commun, qui habitent l’agglomération, mais aussi, pour une bonne partie d’entre eux, à l’extérieur, n’ont pas à être les otages de jeux politiciens.
Le Conseil général ne doit pas abandonner ce service public essentiel pour tant de calvadosiens.
D’autant qu’en consacrant moins de 0,5% de son budget à Viacités, le Département finance des transports publics qui apportent chaque jour un service de qualité à des dizaines de milliers de personnes et contribue, dans le même temps, à la préparation des projets de tramway pour l’avenir.

Archives
Abonnez-vous!

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!