Intervention de Thierry LEGOUIX sur la commission action sociale lors de la session du 17 février

Mes propos sont en général modérés. J’ai félicité les services et Monsieur POULIQUEN quand je pensais devoir le faire. Je me demande si cela a été pris comme un … de faiblesse.

Hubert COURSEAUX nous dit toujours : «  Je ne vous cache rien. Je vous dis tout ».

–         Force est de constater que tel n’a pas été le cas ces dernier mois.

–         Force est de constater que l’on a tenté d’instrumentaliser notre seule présence dans une commission de l’action sociale qui n’est pas délibérative mais seulement informative. Notre groupe, je vous le rappelle, n’a pas voté le nouveau règlement. Nous l’avons dit. Nous avons été mal informés dans une réunion où aucun document explicite n’a été transmis. Mon collège Jean LEMARIE vous l’a rappelé en temps utile. Mon sentiment d’ailleurs sur ces aspects est que la majorité n’est pas mieux informée. Par conséquent, cette commission ne tient plus son rôle.

–         Elle aurait pu commencer par contester les 10 M€ d’économies sur le secteur social qui est pourtant le cœur de métier.

Au lieu de ça, depuis octobre, le directeur des services arrive avec une feuille de route qui consiste à tailler dans tous les budgets, sans que le président de la commission ne trouve à y redire, et surtout sans aucune projection du risque représenté par ces décisions prises à la va-vite, à la hussarde.

–         Lorsque j’ai sollicité un rendez-vous au titre de notre groupe le 17 décembre parce que nous avions rencontré quelques associations qui avaient compris le danger  qui les guette. Nous avons voulu prévenir. Quand je dis danger, je veux juste vous rappeler qu’il s’agit de survie (UNA).

J’ai sollicité un rendez-vous et on a daigné  nous accorder un rendez-vous le 30 janvier, après la commission d’action sociale.

Alors je te le dis, mon cher Hubert, il va falloir revoir le mode de fonctionnement avec nous et je me réserve bien évidemment la possibilité de revenir notamment sur les subventions où les critères sont totalement illisibles.

Quelques points

1)      Personnes âgées et personnes handicapées : même principe (pas le sentiment d’être respectées).

2)      Reproches globaux faits l’an dernier. Au niveau des indicateurs, pas de chiffres pour 2013 alors que les services doivent les avoir.

3)      Je reviendrai bien évidemment sur la question des subventions où les critères sont pour le moins peu transparents.

Je te le dis tranquillement, mon cher Hubert, mais je te le dis fermement.

Archives
Abonnez-vous!

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!