Budget primitif du 4 au 6 février 2019 – Intervention de Bertrand HAVARD sur les collèges

Monsieur le Président, cher(e) collègues,

Ce rapport contient des éléments positifs à relever :

Tout d’abord, vous choisissez d’abonder le budget dédié au programme pluriannuel d’investissement en ajoutant 5,5 M€ destinés à répondre aux augmentations du coût de certains projets et aux travaux qui concernent les collèges de Livarot et Isigny sur mer. Nous sommes bien sûr favorables à cette augmentation.

De même, nous approuvons le projet de développement du numérique éducatif. Doter les établissements des moyens nécessaires à un enseignement qui utilise les moyens de pointe est une bonne chose.

Cela aurait encore plus de sens si ces efforts s’inscrivaient dans un vrai Projet Educatif Départemental. C’est un sujet qui nous oppose. Vous préférez travailler au coup par coup. Vous modernisez les collèges, c’est très bien. Vous pourriez, à travers un PED, faire encore mieux en vous fixant des objectifs qui visent à permettre à tous les jeunes de voir garantie les conditions pour qu’il puisse se construire, se former et s’engager.

Je ne dis pas que rien est fait ici dans le Calvados mais il serait utile de formaliser les actions menées et développer certains autres axes, renforcer les actions visant à permettre de véritables parcours culturels par exemple ou lancer des appels à projets pour accompagner les démarches de lutte contre le décrochage scolaire.

Le programme E-collège est intéressant et votre volonté de doter tous les collèges en trois ans est ambitieuse. Je regrette simplement qu’elle s’accompagne de quelques loupés ou opérations de communication maladroites. Je prendrai pour exemple le collège Gisèle Guillemot qui s’est vu doté d’un superbe espace de Web-TV visible le jour de l’inauguration pour le plus grand plaisir des parents d’élèves et élus et autorités présents. Ce que nous avons appris au CA qui suivait, c’est que cet aménagement n’a existé que le 14 septembre pour les caméras et appareils photos des journalistes. Tout le matériel, emprunté au lycée Jules Verne voisin, est reparti dès le lendemain. Je peux vous dire que cette opération de communication a été très mal reçue par les membres du CA du collège. D’autant qu’aujourd’hui, le collège ne bénéficie toujours pas de Web-TV ni Web-radio. Faudra-t-il à nouveau emprunter ce matériel pour la journée des Portes ouvertes du 16 mars pour continuer dans le même registre ?

L’autre exemple est celui du collège Des Douits. Le 20 novembre dernier, nous avons été invités à inaugurer l’espace « Réussir autrement ». Là encore, il semble bien que la réalité ne soit pas à la hauteur de l’effet d’annonce.

Renseignements pris, cette salle ne sert en fait aujourd’hui que pour l’aide au devoir. Les enseignants, même s’ils trouvent le projet intéressant, se voient imposer dès la rentrée prochaine des heures supplémentaires pour encadrer l’aide aux devoirs, ne peuvent pas s’engager encore en plus, bénévolement, pour assurer l’accueil des élèves qui seraient visés par ce dispositif « Réussir autrement ».

Visiblement, L’idée de cet espace vient du chef d’établissement, qui a commandé le mobilier en juin dernier et qui a ensuite demandé aux enseignants de s’emparer de cet espace…

Je pense sincèrement qu’il y a lieu de mieux travailler en amont avec les équipes de direction en s’assurant que la bonne concertation avec l’équipe enseignante pour éviter que des opérations importantes comme celles que je viens de citer ne se terminent pas ainsi.

J’ai parlé du collège Gisèle Guillemot tout à l’heure. J’y reviens pour faire un point au sujet des effectifs. Tout le monde se souvient des débats longs et argumentés de l’année dernière au sujet des fermetures des collèges Ernest HEMINGWAY de Port-en-Bessin et Henri SELLIER de Colombelles.

Lors de cette session, j’avais alerté notre assemblée sur les risque de voir à moyen terme cet établissement en tension. A l’époque l’effectif prévisionnel pour cette rentrée était de 537 élèves. Ils furent en fait 541 à se présenter accompagnés de 14 élèves en ULIS, soit 555 élèves. Les prévisions pour l’année prochaine, que j’avais calculées à la baisse sur la base des effectifs des écoles primaires des deux communes sont en fait prévus à la hausse. Ce sont 565 élèves qui sont prévus. Et les années suivantes font apparaitre des effectifs croissants d’année en année.

Si la moyenne des élèves par classe est tout à fait correcte pour la rentrée prochaine, qu’en sera-t-il dans quelques années ? Le collège ne pouvant compter que 24 divisions, il faudra alors augmenter les effectifs par classe au détriment de la qualité de l’enseignement et de l’encadrement. Par ailleurs, le manque de salles de classe pose problème pour organiser les dédoublements de cours en langue par exemple.

Vigilance également pour l’évolution des effectifs du collège Senghor à Ifs.

Chaque année, le nombre d’élèves augmente et atteindra à la rentrée prochaine le nombre de 745 probablement.

Je sais que ce collège est prévu pour 770 élèves et vous allez me répéter que cet effectif de 770 ne correspond qu’à un remplissage à 80%. Pensez-vous réaliste d’imaginer 950 élèves à Senghor ?

D’autant que le restaurant scolaire est déjà insuffisamment dimensionné.

Cette montée en effectif ne s’accompagne pas pour le moment d’évolution du personnel d’entretien ou de restauration. J’étais intervenu par écrit l’année dernière et le directeur des ressources humaines m’avait dit que le collège bénéficiait d’un personnel suffisant. 4 personnes pour la préparation de 600 à 700 repas, cela est peut-être possible mais sans doute sans répondre aux exigences de votre projet sur la restauration scolaire.

Je réinterviendrai donc pour demander une évaluation des moyens humains que nous attribuons à ce collège.

Enfin, hier a été abordée une question importante concernant les SEGPA. Il est imposé à ce collège :

  • De fonctionner avec des doubles niveaux en 5ème, 4ème et 3ème. Cela pose de grande difficultés de fonctionnement de ces classes.
  • De passer de groupe de 8 élèves en ateliers à 9, alors que matériellement, ces ateliers sont prévus effectivement pour 8 postes,
  • La classe de sixième est limitée à 8 élèves, alors que des élèves orientés en SEGPA par la commission doivent être intégrés en 6ème générale.
  • Je sais bien que ces choix ne sont pas de notre responsabilité mais je vous demande votre appui, M. le Président, afin qu’ils soient reconsidérés pour apporter à ces élèves dont le parcours est déjà compliqué ne soient pas pénalisés. Je suis de ceux qui pensent que pour ces élèves en difficulté, il faut, au contraire plus de moyens.

Je resterai très vigilent sur les évolutions des effectifs et sur leurs conséquences.

Pour le reste du rapport, notre position n’a pas évolué concernant l’investissement pour les établissements privés et nous ne voterons pas les 162 362 € de crédits que vous proposez dans le cadre de la loi Falloux.

Nous souhaiterions également avoir des éclaircissements au sujet du forfait part personnel pour les mêmes établissements.

Vous nous avez proposé l’avenant en janvier dernier et vous nous en proposez l’application aujourd’hui. L’explication de la baisse mérite quelques éclaircissements et nous nous interrogeons sur le lissage sur deux ans demandé par le diocèse. En aurait-il été de même si ce forfait avait subi une augmentation ? Comme l’étude a été menée par vos services au cours du dernier été, il se peut que le trop-perçu soit antérieur à cette année et que, de fait, nous fassions preuve de beaucoup de largesse puisque la différence à percevoir, nous a-t-il été dit en commission est de l’ordre de 250k€. Vous voudrez bien nous éclairer pour que nous puissions déterminer notre votre sur ce point.

Concernant la restauration scolaire, bien évidemment, nous n’avons pas changé d’avis sur cette question. Il est bien d’harmoniser les tarifs, il serait encore mieux de proposer une tarification sociale, comme beaucoup de communes le font pour les cantines scolaires en basant ces tarifs sur le quotient familial. C’est notre proposition depuis le début. En effet, pour certaines familles dont les enfants fréquentent un collège dont le tarif du forfait était en-dessous de la moyenne, voient le tarif augmenter progressivement.

Bien sûr, les bourses viennent corriger cet écart mais imparfaitement et nous savons tous que certaines familles ne font pas la démarche pour les obtenir.

Nous approuvons votre proposition de bonification des bourses pour les élèves internes et vous voudrez bien nous préciser combien d’élèves sont concernés.

Pour le reste, le rapport n’appelle pas d’autres remarques.

Nous voterons donc la quasi-totalité des propositions faites dans ce rapport. Nous souhaiterions, à travers une réflexion plus globale et construite avec les acteurs, que vous vous engagiez dans un véritable projet éducatif départemental.

Ce serait un bon moyen de « réussir autrement » cette politique essentielle dont nous avons la charge.

Archives
Abonnez-vous!

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!