Budget Primitif du 4 au 6 février 2019 – Intervention de Bertrand HAVARD sur développer une offre culturelle variée et accessible à tous

Monsieur le Président, cher(e) collègues,

J’avoue avoir hésité à prendre la parole après l’intervention de Virginie Le Dressay après qu’elle a dit que le département du Calvados était le département le plus structuré dans l’accompagnement des politiques culturelles. Après la méthode Coué de ce matin, la méthode Pangloss « Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes…

A la lecture de ce rapport, je me suis dit que j’aurais pu vous relire le commentaire que j’avais fait sur le même rapport l’année dernière. Vous reconduisez selon votre logique les mêmes choix avec des enveloppes financières qui évoluent à la faveur de la préservation et la valorisation du patrimoine qui voit son budget augmenté de plus de 400k€ au détriment des autres secteurs.

Bien sûr, on connait la qualité des services d’archéologie et des archives et la richesse du patrimoine de notre département.

J’ai appris avec satisfaction lors de la dernière commission que le service culturel allait enfin être au complet. De même, après un turn-over important à la Bibliothèque du Calvados, il semblerait que dans un avenir proche, tous les postes seront pourvus espérons de manière stable. Mener une politique culturelle nécessite de pouvoir s’appuyer sur des services suffisamment dimensionnés. Il faut rendre hommage d’ailleurs aux équipes qui ont mené les différents chantiers en travaillant depuis de nombreux mois à effectif réduit.

En matière de lecture publique, je voudrais commencer par dire quelques mots de l’ouverture de la nouvelle médiathèque de Bayeux-Intercom qui a ouvert ce week-end

Je n’ai pu m’y rendre et le regrette mais 5000 personnes étaient présentes ce week-end, un gros succès. L’espace est superbe et ouvert le dimanche après-midi.

On peut même emprunter un télescope ou une guitare…peut-être même des bottes…

Une des particularités également est le fait que l’abonnement libre de prix pour les habitants de l’Intercom…

Pour la lecture publique, si la coopération avec la CU de Caen-la-mer pour offrir une offre commune « Boite numérique » est à saluer, je souhaiterais savoir où en sont les conventions passées avec les bibliothèques du réseau notamment sur l’exigence du département en matière d’abonnement qui avait fait réagir bon nombre d’entre elles. Avez-vous assoupli le principe ou bien risque-t-on de voir certaines bibliothèques sortir du réseau ?

Quant au développement culturel des territoires, vous me permettrez d’avoir un avis moins positif que le vôtre.

Sur le fond, mes critiques de l’année dernière sont les mêmes amplifiées par les premiers résultats dans certains territoires.

En effet, l’année dernière, je citais le projet de la CDC Cœur de Nacre comme un exemple de territoire où effectivement un projet de développement culturel aurait des chances de réussir. J’ai participé comme d’autres à l’ouverture de C3-le Cube en décembre dernier et ai apprécié la qualité de l’architecture et la conception intéressante de ce bâtiment qui réunit l’école de musique et la salle de spectacle. La directrice recrutée a les qualités certainement pour animer le lieu et mettre en œuvre une programmation de spectacles de qualité. Là où le bât blesse, c’est quand on observe la tarification de la salle. Là où un habitant du secteur pouvait auparavant assister à une représentation de la même qualité pour 10€ voire 7€ s’il était abonné, le prix d’une place atteint aujourd’hui 20€. Je ne critique pas la CDC qui ne peut sans doute pas abonder la subvention d’équilibre de manière à réduire le prix d’achat d’une place pour le spectateur mais le constat de moindre accès au spectacle vivant pour les habitants aux revenus plus modestes est évident. Vous l’avez d’ailleurs reconnu lors de la dernière commission : le public de C3-le Cube n’est plus le même que celui qui suivait les saisons de l’ex-ODACC sur ce secteur. Est-ce le but que vous recherchez ? Ce n’est pas le nôtre.

Ailleurs, on peut s’étonner de voir des programmations faire la part belle aux one man ou one woman show à des tarifs élevés : Sheila au studio de Bretteville l’Orgueilleuse pour 40€, Jennifer à la Loco pour 38 €.

Pour l’instant vos projets de développement culturels sont confrontés à de réelles difficultés en matière de spectacle vivant :

Dans certains secteurs, ils aboutissent pour l’instant à des programmations qui évincent les spectateurs les moins fortunés,

Dans d’autres, ils avancent difficilement ou proposent des spectacles qui ne sont pas à la hauteur de l’ambition culturelle que nous devrions avoir et soutiennent moins la création.

Mais au-delà de ces exemples et constats, ce qui est le plus patent, et je vais me répéter, c’est que vous n’avez pas de véritable projet culturel pour notre département. Vous qui critiquez, M. le P., à juste titre la verticalité du pouvoir actuel et son mépris pour les corps intermédiaires, vous ne faites pas mieux en matière culturelle. Vous agissez sans prise en compte des réalités du terrain et appliquez un schéma directeur au langage technocratique sans prendre en compte les acteurs culturels du territoire.

J’en veux pour preuve, le magnifique succès de l’instance de concertation que vous aviez mise en place en 2017 et qui devait remplacer les réunions de l’ODACC qui réunissaient des acteurs culturels représentatifs de tous les arts et répartis sur le territoire. Réunie une première fois le 13 juin 2017, cette instance n’a plus jamais été convoquée et les groupes de travail dont les intitulés étaient tout à fait intéressants :

  • Patrimoine ouvert, quelles pistes pour rendre plus accessible notre patrimoine,
  • Le bénévolat dans le monde culturel
  • Evaluation des aides à la création,
  • Nouveaux usages et innovations dans le monde de la culture

A part, à ma connaissance, le groupe sur l’évaluation des aides à la création qui s’est réuni une fois en décembre de la même année, juste pour lancer la réflexion, ces groupes n’ont jamais été installés.

Nous aurions pourtant tout intérêt à travailler au plus près des territoires et des acteurs culturels pour améliorer cette politique pour le plus grand bien des Calvadosiennes et des Calvadosiens.

A l’époque de l’ODACC, il était déjà question de réfléchir à ouvrir plus les nombreuses églises qui enrichissent le patrimoine de notre département en y organisant des expositions ou des concerts. Il n’en est plus question visiblement aujourd’hui. D’autres départements le font avec succès. L’opération « L’Art dans les chapelles » dans le Morbihan en est un exemple.

L’axe du bénévolat semble oublié lui aussi dans votre projet et ceux que j’ai rencontrés à Douvres la Délivrande ou ailleurs disent leur amertume.

Vous parliez à l’époque, je cite le courrier de Clara : « d’une ambition partenariale qui ne pouvait se construire sans une implication forte de tous les acteurs culturels ». Vous l’avez oubliée au profit de ce que certains acteurs culturels rencontrés appellent plutôt une forme de jacobinisme départemental.

Archives
Abonnez-vous!

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!