BP 2016 – Intervention Eric VEVE sur le schéma gérontologique

Monsieur le Président, Mes Chers Collègues,

  1. Parmi les différents développements figurant dans ce rapport, je vois deux points positifs, à savoir que, d’une part, notre Département compte 56 places supplémentaires en unités spécialisées Alzheimer par rapport à 2014, et d’autre part, 224 lits ont été ouverts dont 42 habilités à l’aide sociale dans l’agglomération.
  2. J’en viens à deux critiques, que j’avais évoquées l’an passé.

En premier lieu, si me réfère aux données du Syndicat National des Etablissements et Résidences Privés pour Personnes Âgées (SYNERPA), l’addition du nombre de maisons de retraite publiques et de maisons de retraite associatives est largement supérieure, en France, au nombre de maisons de retraite privées commerciales.

Dans le Calvados, la tendance est totalement inverse. Le nombre d’EHPAD privés représente près de la moitié des EHPAD du département. Et les EHPAD à but commercial, au nombre de 40 dans le Calvados, représentent la quasi-totalité des EHPAD privés !

C’est cette donnée qui explique que le prix moyen d’hébergement dans les EHPAD du Calvados soit largement supérieur à la moyenne nationale.

Si je me réfère, en effet, à une enquête conduite récemment par l’association UFC Que Choisir dans le Calvados auprès d’une trentaine d’établissements, le prix moyen s’établit à 2104€ par mois dans notre département.

Si on rapporte ce chiffre aux données citées par l’étude menée par le cabinet KPMG, dans le cadre de son observatoire des EHPAD, c’est 285 euros de plus dans le Calvados que la moyenne nationale, hors Ile-de-France !

Ce qui est même inquiétant, c’est que nous nous rapprochons, à 140 euros près, du prix moyen des EHPAD en Ile de France alors que le pouvoir d’achat ici n’est pas du tout le même qu’en région francilienne !

Les familles calvadosiennes paient donc au prix fort -2104€ en moyenne !- l’hébergement de leurs aînés en situation de dépendance en maison de retraite ! Elles paient, en fait, le prix de votre absence de régulation à l’œuvre pendant très longtemps dans ce département, consistant à s’en remettre purement et simplement au jeu de la concurrence et du marché.

On ne peut certes pas interdire à des établissements privés à but commercial de vouloir s’implanter. Mais on peut, à l’inverse, être pro-actif et aller démarcher des acteurs associatifs ou des acteurs privés à but non lucratif pour qu’ils viennent s’implanter, comme cela a été fait dans un certain nombre de communes.

En deuxième lieu, même si des progrès sont accomplis pour favoriser la couverture de Caen la mer en EHPAD et en lits habilités à l’aide sociale dans l’agglomération caennaise, je constate qu’il existe un fort déficit en lits habilités à l’aide sociale dans la ville de Caen.

Je terminerai par deux questions.

D’abord, vous mentionnez au début du rapport que le schéma actuel sera prolongé d’un an. Pouvez-vous nous garantir que nous disposerons bien d’un nouveau schéma départemental à compter de 2017, lequel aura été discuté bien en amont entre les élus et les services ?

Ensuite, si je me réfère à l’enquête de l’UFC Que Choisir dans le Calvados, 75% des établissements interrogés pour l’enquête sont complets, avec des délais d’attente relativement longs, de l’ordre de 9 à 12 mois.

Pouvez-vous nous dire si l’outil « via trajectoire » permettra d’améliorer cette situation ?

Archives
Abonnez-vous!

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!